•  

    Le parapente sa fait rêver méme pour les spectateurs aux sol, beaucoup de douceurs, de calme, et de tranquillité dans cette image.

    Lorsque j ai fait ma pente école j'ai constaté qu'un certain nombre de nouveaux élevés venait apprendre avec l'idée de devenir  un professionnel du biplace.

    Mais avant même de terminaient leur formation la dure réalité de la pratique les ramenaient les pieds sur terre et ils finissaient par changer d'avis.

    Comme pour tout les sports ce sont  les  débuts les plus difficile et s’imaginer qu'il puisse il y en avoir de facile c'est ce fourvoyer dans un grosse erreur de jugement qui ne peut engendrer que déception.

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Encore et toujours Mr. Romuche armé du sourire de l'homme heureux.

    Pin It

    votre commentaire
  • Une super lumière qui contraste les couleurs,  un sujet  en contre jour, de l'action, j'ai rajouté un peut de flou sur la voile pour faire ressortir le premier plant, je le verrais bien en motif de décoration sur une fourgonnette...

    Pin It

    votre commentaire
  • La boucle

    J'adore les gris, le jeux des contrastes de lumières allant du noir au blanc adoucie les extrêmes dans une neutralité apaisante pour le regard et l'âme.

    "Haliba" oblige,

    faut bien s'occuper dans la tempête

    et temps qu'a broyer du gris

    autant le sublimer en pétales humains

    de fleur de vie.

    B.S.

    L'originale fait 1.35 m de hauteur.

    Pin It

    1 commentaire
  • Une experience vertigineuse

    Par définition le vertige ne peut pas exister en parapente puisqu'il faut avoir les pieds sur terre pour le ressentir.

    Il en reste pas moins qu'une angoisse peut s'insinuer par l'intermédiaire des pensées dans le mentale de l'individu face au spectacle du vide et a la place qu'il occupe (suspendue au dessue).

    Il convient d'en prendre conscience avant que cela ne dégénère et par l'intention et la respiration de diriger ces pensées vers autre chose que la peur.

    "J'ai déjà reçu le pouvoir qui gouverne ma destinée,

    Je ne m'accroche à rien, pour n'avoir rien à défendre,

    Je n'ai pas de pensées, pour pouvoir VOIR,

    Je ne crains rien, pour pouvoir me souvenir de moi-même,

    L'Aigle me laissera passer,

    Serein et détaché, jusqu'à la Liberté"...

    Extrait du "Don de l'Aigle", Carlos Castaneda, Gallimard, 1982

     

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique